Synopsis:
Le 27 juillet 1890, Vincent Van Gogh se tire une balle de pistolet dans la poitrine et succombe deux jours plus tard. Le film débute à la mort de celui-ci. Théo et sa femme se rendent en Hollande afin de rejoindre sa mère et ses trois soeurs qui les attendent au presbytère pour la veillée de leur frère Vincent. Pendant 48 heures, la famille de Vincent ouvre les portes de cet univers clos où règne désormais un personnage silencieux, une âme dont la douleur ensoleillée a ses vertus redoutables. Torturé il a vécu, torturés ils continueront de vivre avec le sentiment que la blessure de l'âme ne guérit jamais. Les reproches viennent doucement, à fleur de peau autour de la mère Moe. Anna, Elisabeth et Willemine se révoltent contre l'indifférence polie de cette mère qui n'a jamais pu admettre leur personnalité, les voulant trop à son image et préférant oublier son fils Vincent qui n'a jamais fait partie de son univers et qu'elle n'a jamais compris. Théo veille sur cette complaisance qui fait céder aux sentiments. Il a décidé d'organiser une exposition des oeuvres que Vincent aurait peintes au presbytère. Mais Moe enterre son fils Vincent Van Gogh pour les siècles des siècles, ignorant que l'amour reste toujours le plus fort. Albert Aurier, critique d'art, seul personnage étranger à la famille, a écrit un très bel article sur Vincent Van Gogh et désire établir une autobiographie de l'artiste. C'est au travers de cet homme que le spectateur entre dans cet univers qui peint, avec obligeance, la condition d'un artiste dans sa famille à la fin du 19ème siècle.
Interprétation:
Jean-Pierre Laurit, Philippe Volter, Maria Meriko, Juliette Thierrée, Nicole Riston, Edith Cebulla, Irène Jacob, Armand Eloi
Filmographie réalisateur:
- La veillée (1990 - LM)
- Le moulin de Daudet (1993 - LM)
Type:
LM
Genre:
Fiction
Année de production:
1990
Etat d'avancement:
Terminé
Durée:
90'