Presse 14 JUN 2012

Nicolas Provost remporte le Grand Prix du Jury du "Meilleur Nouveau Réalisateur" à Seattle

Nicolas Provost remporte le Grand Prix du Jury de "Meilleur Nouveau Réalisateur" pour L'envahisseur au Festival International du Film de Seattle.

Dix mois après sa présentation en septembre 2011 au Festival de Venise, le premier long métrage de Nicolas Provost a voyagé dans de nombreux festivals tels que Toronto, San Sebastian et Los Angeles.

Produit par Versus Production (en coproduction avec Prime Time), le film raconte l'histoire d'Amadou (Issaka Sawadogo), un homme fort et charismatique, qui échoue sur une plage du sud de l'Europe. Plein d’illusions, il débarque à Bruxelles en quête d'une vie meilleure. Exploité par des trafiquants, il s'enlise dans un quotidien sans espoir jusqu’à ce qu’il rencontre Agnès (Stefania Rocca), une belle et brillante femme d'affaires. Grace à sa volonté et à son enthousiasme, il parvient à la séduire et projette tous ses désirs et ses espoirs en elle. Agnès se rend rapidement compte de la réalité et coupe tout contact avec Amadou qui sombre peu à peu dans une violence destructrice, luttant contre ses propres démons.


Lors de sa sortie en Belgique le 23 novembre 2011, le film a bénéficié d'un engouement de la part de la presse belge :

« L'envahisseur est à la fois un film sur le désir et la fascination, entremêlant sexualité et socialisation, et un portrait de la société et des comportements humains. Plus que d’immigration, lorsque Amadou gagne l’Europe, il est question de différences et de recherche identitaire. Un questionnement universel.
» (ungrandmoment.be, 22/11/2011)

« Le thème de L'Envahisseur pourrait aisément renvoyer à la politique, avec sa réflexion sur le traitement des sans-papiers. Provost refuse pourtant d'entrer dans le débat. "Ce qui m'intéresse davantage, c'est d'être un artiste qui se rebelle contre le politiquement correct. Comme Gustave Courbet, qui peignait en 1866 le vagin en gros plan d'une femme, dans L'Origine du monde." Un tableau auquel Provost fait référence, dès le début de son film. "Je voulais faire de ce prologue comme une sorte de publicité pour l'Europe. Avec Issaka qui vient à la recherche du paradis. La première chose qu'il voit, c'est une femme nue. Et c'est l'origine du monde."
(Le Soir, 23/11/2011)


Mêmes réactions de la part de la presse hollandaise lors de sa sortie, le mois dernier, aux Pays-Bas où le film a été accueilli avec enthousiasme, comme en témoigne notamment les critique parues dans The Times, Het Parool, Cinema.nl et Filmkrant. En effet, nombre de critiques comparent ce long métrage à de grands noms du cinéma tels que Martin Scorseses (Taxi Driver), Steve McQueen (Shame) et Michael Haneke (Caché).

Ce nouveau prix de "Meilleur Nouveau Réalisteur", témoigne à nouveau de la qualité du film et de son réalisateur, et s'ajoute à un beau palmarès puisque L'envahisseur a déjà été primé de plusieurs prix dont le Reflet d'Or pour le "Meilleur Réalisateur" au Festival Cinemas tous écrans de Genève, ou encore de "Meilleur Jeune Talent" au Festival du Film de Gand.


(Source : Flanders Image/VAF)