Actu 10 AUG 2017

Des films belges à Sarajevo

Débutant le 11 août, le Festival du Film de Sarajevo présentera pas moins de sept (co)productions belges, soutenues par le Centre du Cinéma et de l’Audiovisuel de la Fédération Wallonie-Bruxelles. 

Quatre courts métrages seront présentés dans la section Shorts.

L’immense retour (Romance), auréolé du titre de meilleur court au festival de Locarno en août 2016, est le récit fabriqué d’une aventure authentique, un voyage dans les temps, une de ces histoires fantastiques que produisent les montagnes et que nous rapportent ceux qui en reviennent… parfois quelques décennies plus tard…
L'immense retour (Romance)
est produit par VOA films, Les Ruines de Carthage, CBA et Le Fresnoy, en partenariat avec Film Flamme, Marseille et Le BAMP (Bruxelles).

Le Mur, de Samuel Lampaert, est produit par Les Films du Carré, avec l’aide de la RTBF.
Hong-Kong. Une multitude de hautes tours d’immeubles en béton, sans personnalité. A l’intérieur, des studios étroits dans lesquels vivent des anonymes repliés sur eux-mêmes, jusqu’au jour où Chung, célibataire, décide d’accrocher un cadre au mur.

Passée l’aube, de Nicolas Graux, est produit par Tarantula Belgique.
Pologne. Avec l’absence et la distance, Pawel croyait s’être endurci. Croyait… Jusqu’à cet après-midi pluvieux. Et ce visiteur qu’il n’attendait pas.
Coproduit par la RTBF et par Larsens Productions, le film a également bénéficié du soutien du Tax Shelter du Gouvernement fédéral belge et de Casa Kafka Pictures.

Lauréat du Premier prix de la Cinéfondation, Paul est là, de Valentina Maurel, raconte l’histoire d'un retour en arrière, comme un fantôme inopportun qui sonne à la porte. Paul est là, et sa présence agaçante va encore bouleverser le quotidien de Jeanne.
Paul est là est produit par l’Atelier de Réalisation de l’INSAS.

Les longs métrages ne sont pas en reste puisque trois coproductions belges figurent dans deux autres sections :

Primé à la Semaine de la Critique en 2016, Grave, réalisé par Julia Ducournau et coproduit par Frakas Productions, sera présenté dans la section Kinoscope.
Dans la famille de Justine tout le monde est vétérinaire et végétarien. À 16 ans, elle est une adolescente surdouée sur le point d’intégrer l’école véto où sa sœur ainée est également élève. Mais, à peine installés, le bizutage commence pour les premières années. On force Justine à manger de la viande crue. C’est la première fois de sa vie. Les conséquences ne se font pas attendre. Justine découvre sa vraie nature.

Dans la section Kinoscope figurera également Faute d’amour (Loveless) d’Andrey Zvyaginstev, coproduit par Les Films du Fleuve.
Boris et Zhenya sont en train de divorcer. Ils se disputent sans cesse et enchaînent les visites de leur appartement en vue de le vendre. Ils préparent déjà leur avenir respectif : Boris est en couple avec une jeune femme enceinte et Zhenya fréquente un homme aisé qui semble prêt à l’épouser... Aucun des deux ne semble avoir d'intérêt pour Aliocha, leur fils de 12 ans. Jusqu'à ce qu'il disparaisse.

Enfin, When the day had no name, de Teona Strugar Mitevska et coproduit par Entre chien et loup, sera présenté dans la section In Focus.
C’est un film qui dépeint la vie de six amis de Radichani, un quartier de la banlieue de Skopje. L’histoire se déroule sur une période de 24 heures pendant un jour de la vie de ces six amis qui se préparent pour aller à la pêche dans les petites heures du jour suivant. Au fur et à mesure du déroulement de la journée, nous pénétrons de plus en plus profondément et découvrons leurs vies, leurs vérités et mensonges, et leurs secrets.

Le Festival du Film de Sarajevo se déroulera du 11 au 18 août.