Presse 17 APR 2014

Cannes 2014

Les frères Dardenne et Fabrice du Welz au Festival de Cannes ! Mais aussi un court, et deux coproductions.

Deux jours, une nuit, le nouveau film des Frères Dardenne sera présenté en Compétition lors de la 67ème édition du Festival de Cannes qui se tiendra du 14 au 25 mai prochain. Très attendue, cette nouvelle production mettant en vedette Marion Cotillard et Fabrizio Rongione fait partie de la sélection officielle dévoilée par le Délégué général Thierry Frémeaux lors de la conférence de presse du 17 avril dernier.

Grands habitués du festival (depuis La promesse en 1996, tous leurs films furent du rendez-vous cannois), Luc et Jean-Pierre Dardenne feront cette fois encore partie des grands prétendants au palmarès final. Palmarès qu’ils ont à chaque fois rejoint puisque, outre les deux palmes d’or reçues pour Rosetta en 1999 et pour L’Enfant en 2005, les frères ont cumulé quatre des distinctions possibles dans ce festival : Prix d’interprétation féminine pour Emilie Dequenne dans Rosetta, Prix d’interprétation masculine pour Olivier Gourmet dans Le fils (2002), Prix du Scénario pour Le silence de Lorna (2008) et Grand prix pour Le Gamin au vélo (2011).

Deux jours, une nuit marque la rencontre des frères Dardenne et de Marion Cotillard, l’une des actrices françaises les plus cotées à l’heure actuelle. Elle y tient le rôle de Sandra qui, aidée par son mari (Fabrizio Rongione), va sillonner la ville à la recherche de collègues qui accepteraient de perdre leur prime pour qu’elle garde son travail. Les deux comédiens y sont entourés de nombreux acteurs belges (Olivier Gourmet, Christelle Cornil, Catherine Salée).

Le film, soutenu par le Centre du Cinéma et de l’Audiovisuel de la Fédération Wallonie-Bruxelles comme tous les précédents, sortira sur la lancée de sa présentation cannoise en France (Diaphana) et en Belgique (Cinéart) le 21 mai prochain.

Les Frères Dardenne seront également présents avec un autre film de la Compétition, Jimmy’s Hall de Ken Loach, qu’ils ont coproduit avec leur société Les Films du Fleuve.

A la Quinzaine des réalisateurs, le belge Fabrice du Welz présentera son nouveau long métrage très personnel : Alleluia. Cette libre adaptation du fait divers américain mieux connu sous le nom des « tueurs de la Lune de miel» nous plonge dans les méandres de la passion destructrice. Manipulée par un mari amoureux et jaloux, Gloria s’est sauvée avec sa fille et a refait sa vie loin des hommes et du monde. Poussée par son amie Madeleine, elle accepte de rencontrer Michel via un site de rencontre. Michel, le petit escroc bas de gamme (profession gigolo), est troublé par cette rencontre et Gloria tombe éperdument amoureuse. Elle abandonne sa fille et se fera passer pour la sœur de Michel afin que celui-ci puisse continuer ses petites arnaques « à la veuve ». Mais la jalousie gangrène peu à peu Gloria ...

Alleluia est le quatrième film de Fabrice du Welz. Son premier long métrage,Calvaire, le consacrait déjà comme un auteur singulier, avec une sélection à la Semaine de la Critique du festival de Cannes en 2005. En 2007, il tournait Vinyanen Thaïlande avec Emmanuelle Béart et Rufus Sewell et se retrouvait en sélection officielle à Venise. Enfin, Colt 45, film noir actuellement en post-production et mettant en scène Gérard Lanvin et Joey Starr, devrait faire l’événement à la fin de l’année.

Section parallèle du Festival de Cannes créée par la Société des réalisateurs de films (SRF) après mai 68, la Quinzaine des Réalisateurs a pour objectif de découvrir les films de jeunes auteurs et de saluer les œuvres de réalisateurs reconnus.

En compétition court métrage de la sélection officielle, nous retrouverons un autre film belge francophone: Les corps étrangers de la jeune réalisatrice Laura Wandel. Produit par Dragons Films, ce court métrage de 15 minutes retrace l’histoire d’un homme qui doit apprendre à faire face à son nouveau corps lors de sa rééducation dans une piscine municipale, alors qu'il n'est pas prêt à l'assumer. Le kiné qui l'accompagne va tenter de rompre la distance qu'il entretient, tant avec son corps qu'avec l'environnement de la piscine.Les personnages principaux sont incarnés par Alain Eloy et Michaël Abiteboul.

Formée à l’IAD (Institut des arts de diffusion) à Louvain-la-neuve, Laura Wandel a précédemment réalisé deux courts métrages : Murs (2007) et O Négatif (2011). Polyvalente, elle a également travaillé à la fois comme assistante, régisseuse, costumière et comme assistante de casting.

La dernière palme d’or du meilleur court métrage remportée par un cinéaste belge francophone remonte à 1979, avec Harpya de Raoul Servais.

Autre production soutenue par le Centre du Cinéma et de l’Audiovisuel de la Fédération Wallonie-Bruxelles, le film gréco-belge Xenia, du réalisateur Panos H.Koutras et coproduit par Entre Chien et Loup concourra dans la section « Un certain regard ».

Le film raconte l’histoire de Danny, 16 ans, et Odysséas, 18 ans qui, étrangers dans leur propre pays après la mort de leur mère albanaise, vont traverser la Grèce de part en part, dans le but de trouver leur père grec et le forcer à les reconnaître officiellement. Sur la route, ils feront face aux fantômes de leur passé, à la cruauté des hommes et à un rêve qui doit devenir réalité, quel que soit le prix à payer. Ils parviendront finalement à devenir adultes dans un pays qui refuse de les suivre.

Né à Athènes, Pános H. Koútras a fait ses études de cinéma à Londres (London International Film School) puis à Paris. Il est déjà l’auteur de trois long-métrages dont Strella, remarqué à la Berlinale de 2009. Cette sélection cannoise prouve une fois de plus la qualité des coproductions de la société menée par Diana Elbaum et Sébastien Delloye. Depuis sa création il y a 25 ans, Entre Chien et Loup aura (co-)produit une dizaine de films présentés dans une sélection cannoise parmi lesquels : Le Congrès de Ari Folman en 2013 (Quinzaine des Réalisateurs), Un homme qui crie de Mahamat-Saleh Haroun en 2010 (Compétition), Altiplano de Peter Brosens et Jessica Woodworth en 2009 (Semaine de la Critique),… 

« Un certain regard » est une section de la sélection officielle du Festival de Cannes, lancée en 1978 et qui se veut la mise en perspective d'un cinéma plus « atypique » que dans le volet principal de la Sélection et récompense des cinéastes encore peu connus.


La société Panache s’affirme également comme un partenaire important du cinéma européen en présentant le documentaire Caricaturistes : fantassin de la démocratie, projeté hors-compétition, en séance spéciale. Il s’agit pour Panache de sa cinquième sélection à Cannes, après Robert Mitchum est mort, La source des femmes, Le grand soir et Suzanne.